150 ans d’histoire au service des plus démunis

La Croix-Rouge a été fondée en 1864 par le Suisse Henry Dunant. Elle a pour vocation d'améliorer les conditions d'existence des plus vulnérables en agissant sous l’égide du droit humanitaire.

Juin 1859, Solferino, Nord de l’Italie. La bataille fait rage entre l’armée française et les troupes autrichiennes. Henry Dunant, homme d’affaires genevois, découvre l’horreur de la bataille : 40.000 morts et blessés abandonnés sur le théâtre des opérations. Révolté par cet abandon, il décide d’organiser, avec l’aide de la population civile, le secours des blessés, quelle que soit leur nationalité.

Bouleversé par son expérience, Henry Dunant publie, en 1862, un véritable plaidoyer pour l’action humanitaire dans un livre nommé « Un souvenir de Solferino ». L’idée d’Henry Dunant fait son chemin. Des personnalités commencent à discuter de la meilleure façon d’aider les blessés sur les champs de bataille.

En août 1864, le gouvernement suisse convoque une Conférence diplomatique groupant les représentants de seize Etats. Ils décident de créer, dans chaque pays, des comités de secours. Le 22 août, ils signent la première Convention de Genève (« Convention pour l’amélioration du sort des blessés et malades sur les champs de bataille »). Le droit international humanitaire moderne est né.

Le droit international humanitaire (DIH)

Le droit international humanitaire a évolué au fil des années et des guerres. Aujourd’hui, on le définit comme un ensemble de règles qui visent  à limiter les effets des conflits armés. Il protège les personnes qui ne participent pas, ou plus, aux combats, et restreint les moyens et méthodes de guerre.

Le droit international humanitaire est principalement codifié dans les quatre Conventions de Genève du 12 août 1949, complétées par les deux Protocoles additionnels du 8 juin 1977.