Aide alimentaire et de première nécessité

Aide alimentaire et de première nécessité

Combattre la précarité et l’isolement est une priorité quotidienne de la Croix-Rouge de Belgique. Parce que la pauvreté peut frapper n’importe quel d’entre nous. Boutiques sociales, accompagnement à domicile ou à l'hôpital, actions auprès des sans-abris, les bénévoles de la Croix-Rouge sont toujours aux côtés des plus démunis.

Chaque année le nombre de personnes sans emploi et sans logement augmente : se nourrir, se vêtir, se soigner et se chauffer devient un véritable combat. Cette détresse est comme un iceberg : la majeure partie est invisible. En Belgique, ils sont pourtant plus d’1,5 million à vivre sous le seuil de pauvreté.

Ce chiffre augmente chaque année. Familles monoparentales, jeunes diplômés, seniors isolés, indépendants et même salariés : de nouvelles catégories sociales, jusqu'alors épargnées, viennent gonfler silencieusement les statistiques. Le dénuement n'a pas toujours le visage que l'on croit… En 2010, la Croix-Rouge de Belgique a enregistré 6% de bénéficiaires supplémentaires qui ont sollicité ses services pour remplir des besoins de base.

Pour lutter contre cette exclusion, la Croix-Rouge de Belgique s’est fixé comme priorité la lutte contre la pauvreté, la précarité et l’isolement. Dans cet esprit, la Croix-Rouge déploie des actions sociales de proximité afin d’aider chacun à retrouver une place dans la société, en toute dignité.

Des épiceries sociales pour manger à moindre coût

Les épiceries sociales ont pour mission de permettre à des personnes en situation de pauvreté de choisir ce qu'elles mangent et d'acheter des denrées alimentaires de qualité à moitié prix, l'autre moitié étant prise en charge par la Croix-Rouge. Plus qu'une simple épicerie, l'épicerie sociale est aussi un lieu convivial, de rencontres et d'échanges... Chaque mois, ces épiceries viennent en aide à un millier de familles.

Plus d'infos sur les épiceries sociales

La distribution de colis alimentaires et de colis d'urgence

On peut tout perdre et, du jour au lendemain, se retrouver à la rue, que ce soit suite à un incendie, une expulsion, des violences conjugales, etc. Chaque année, les Maisons Croix-Rouge distribuent quelque 15.000 colis alimentaires réguliers ou d'urgence.

Plus d'infos sur les colis alimentaires

 

L'ouverture de bars à soupes pendant l'hiver

 

Accessibles dès qu'il fait froid, les bars à soupes sont surtout implantés dans les provinces de Liège et de Luxembourg, en dehors des grands centres urbains. Ils s'adressent avant tout à des personnes fort démunies. Ils sont également un moyen de tisser du lien social. En 2010, le nombre de bars à soupes a doublé.

Plus d'infos sur les bars à soupe

 

Une droguerie sociale

En 2010, la Croix-Rouge de Belgique a ouvert la première droguerie sociale du pays à Auderghem (Bruxelles). Ce projet-pilote permet aux personnes précarisées d'apprendre à fabriquer eux-mêmes et en toute sécurité leurs produits d'entretien ménager. Une fois formés aux recettes de fabrication, les bénéficiaires peuvent acheter les produits nécessaires à petits prix. Tous ces produits sont naturels et peu coûteux. Les ménages réduisent ainsi leur budget "produits d'entretien" par cinq.

80 vestiboutiques pour s’habiller correctement

Se vêtir coûte cher. La plupart des Maisons Croix-Rouge ont ouvert des vestiboutiques alimentées pour l'essentiel par les dons de particuliers. Le tri est effectué par les volontaires et les vêtements vendus à prix très réduits. Le produit de la vente permet d'assurer d'autres missions comme l'aide alimentaire. Fin 2016, la Croix-Rouge comptait 80 vestiboutiques réparties sur le territoire wallon et bruxellois.


Plus d'info sur les vestiboutiques

15 buanderies sociales pour laver son linge

Impossible de faire tourner la lessiveuse avec un limiteur de puissance électrique. Et encore faut-il disposer d'une machine... En 2010, 15 Maisons Croix-Rouge ont permis à 550 familles dans le besoin de laver leur linge à prix réduit.

1.500 volontaires pour briser la solitude de centaines de personnes

Personnes âgées, familles monoparentales, handicapés : 11% de la population en risque de pauvreté ne peut compter sur aucun appui extérieur. Créé en 2008, Hestia est un service d’accompagnement à domicile où un volontaire rend visite à un ou deux bénéficiaires, en règle générale une fois par semaine. Parallèlement, des activités collectives aident ces personnes à reconstruire un réseau social. 175 personnes en ont bénéficié en 2010. 194 maisons de repos et 64 hôpitaux participent au programme.