Une BD pour sensibiliser à Kinshasa

Lorsque l’horizon est bouché et qu’il n’y a plus d’avenir, nombreux optent pour la désertion et migrent vers des zones plus favorables... Pour cela, beaucoup de familles se ruinent pour financer le voyage du fils, du père, du parent qui va sauver l’honneur de la famille.

A Kinshasa, comme ailleurs sur le continent africain, les médias et la culture populaire véhiculent l’image d’une Europe florissante et omettent d’informer sur les difficultés économiques, sociales et politiques auxquelles le migrant doit faire face tout au long de sa procédure.

Une bande dessinée pour informer

En 2007, les Croix-Rouge de Belgique et de la République démocratique du Congo créent la BD "Là-bas... No Poto". L'objectif est de sensibiliser et informer les jeunes Congolais (16 à 20 ans) aux risques et conséquences de la migration, qu'elle soit légale ou non.

La bande dessinnée revêt un caractère particulier en Afrique:

  • Sur le plan culturel

La production de bandes dessinées contribue aux patrimoines nationaux et constitue un capital car elle encourage la diversité linguistique et culturelle à travers l’expression graphique et littéraire.

  • Au niveau social

La bande dessinée constitue un puissant outil de communication qui favorise l’alphabétisation des populations par la diffusion d’une lecture ludique. Son faible coût fait d’elle l’un des moyens de communication les plus accessibles et offre à beaucoup la possibilité de s’exprimer au sein de leurs communautés respectives.

La BD est donc un moyen porteur pour exprimer les ressentis et les non-dits et un support pédagogique idéal pour aborder un phénomène d'actualité.

Des volontaires pour sensibiliser

La deuxième étape a consisté dans la formation des enseignants, des inspecteurs scolaires et des volontaires de la Croix-Rouge congolaise. Une fois l'outil approprié, ces derniers ont pu à leur tour sensibiliser les jeunes, dans les écoles, les églises, les quartiers.

Editée à 125.000 expemplaires, "Là-bas... No Poto" a permis de sensibiliser:

  • 30.000 élèves du dernier cycle du secondaire
  • 5.000 étudiants en formation pédagogique
  • 10.000 volontaire de la Croix-Rouge de la République démocratique du Congo