Témoignages

Qu'ils soient président, vice-président ou trésorier, ils ont choisi de donner de leur temps et de leur énergie à la Croix-Rouge. Portraits.

Bernard Hiernaux, trésorier de la province de Namur

« En me présentant comme trésorier, je plongeais quand même un peu dans l’inconnu. S’immerger dans la comptabilité, discuter des budgets et des investissements était complétement nouveau pour moi. Ceci étant, l’aventure me plaisait et j’avais envie de relever le défi. Ma fonction de président provincial m’y a beaucoup aidé. Je connaissais bien les Maisons Croix-Rouge, leurs équipes et surtout leurs projets. J’ai pu aider les trésoriers à faire leur budget, prévoir les investissements avec les responsables d’activité… Tout comme la fonction de président, c’est une fonction riche en rencontres.

Je retiendrai également de ces quatre années, le cours que j’ai donné dans le cadre du Stage de formation pour les volontaires à La Marlagne : « les finances pour les non-financiers ». Une activité win-win, les participants ont apprécié mon cours mais j’ai également beaucoup appris d’eux. La fonction de trésorier demande beaucoup de disponibilité et de rigueur. On ne peut pas se permettre de gérer la comptabilité à la « petite semaine ». Un cent en trop ou trop peu signifie une erreur dans la comptabilité. Il faut également pouvoir travailler en équipe, se tenir informé et à son tour communiquer les informations aux personnes concernées.

Un mandat à la Croix-Rouge ? C’est venir avec une importante motivation. C’est également un travail très intéressant. C’est côtoyer énormément de personnes, d’origines très diverses. C’est aussi prendre sa fonction très à cœur, la mener avec autant de rigueur qu’une activité professionnelle. C’est respecter et faire vivre les Principes et valeurs de la Croix-Rouge ».

Daniel Delmée, Président du comité provincial du Luxembourg

« L’une de mes plus grandes sources de satisfaction est le retour positif des mandataires des Maisons Croix-Rouge (MCR) quant à l’appui que leur offre le comité provincial dans leurs différentes activités. Nous sommes là pour les accompagner lorsqu’ils ouvrent par exemple une épicerie sociale ou une vestiboutique.

C’est également très enrichissant de pouvoir échanger avec les autres présidents et directeurs provinciaux sur nos bonnes pratiques respectives. Ensemble, on est toujours plus forts ! J’ai aussi la chance de former un excellent tandem avec la directrice provinciale et d’ailleurs avec toute l’équipe provinciale. C’est un mandat prenant, dans tous les sens du terme. Il demande beaucoup de disponibilité. Chacun s’investit à la mesure de ses moyens mais c’est quand même plus facile lorsque l’on est retraité.

Occuper un mandat de président provincial, c’est un peu avoir une main de fer dans un gant de velours. Je m’explique… Il faut faire preuve d’un esprit rassembleur pour pouvoir créer un climat de confiance et de convivialité entre toutes les Maisons Croix-Rouge de la province et également entre le comité provincial et les MCR, faire preuve d’empathie, avoir le sens de l’écoute. Mais également pouvoir jouer un rôle de modérateur, prendre en compte ce qui est juste et favoriser ainsi un climat d’apaisement. Il faut aussi afficher une bonne capacité décisionnelle : savoir trancher, avoir un discours clair et ferme. C’est à ce prix que l’on est quelqu’un de crédible.

Un dernier petit conseil : postulez toujours en connaissance de cause. Prenez contact avec les mandataires en place pour tout savoir sur la fonction, ce qu’elle requiert comme compétences, le temps à y consacrer. Rencontrez également le directeur provincial, cela vous permettra de savoir immédiatement si vous êtes sur la même longueur d’onde, si le courant va bien passer entre vous.

Prenez aussi le temps de bien comprendre les rouages de la Croix-Rouge : la gouvernance, les activités… Et enfin, posez-vous une question extrêmement importante : pourrez-vous être en phase avec les Principes et les valeurs de la Croix-Rouge ? Parce que au final, c’est à vous qu’il incombera de les porter et de les faire respecter… »

Fabrice Termolle, vice-président du comité provincial du Hainaut

« Le mandat de vice-président est une fonction très intéressante. On seconde le président dans ses nombreuses tâches et le cas échéant, s’il est indisponible, on le remplace. C’est l’occasion de rencontrer beaucoup de personnes. C’est aussi une activité enrichissante et diversifiée.

Visiter les Maisons Croix-Rouge (MCR) pour préparer le précédent quadriennat m’a permis de mieux connaître leur fonctionnement et leurs projets. Ayant occupé précédemment une fonction au secours, j’ai même pu proposer certains volontaires pour des mandats vacants en MCR. Côté plus festif,  c’est l’inauguration de la Quinzaine à Chimay en 2014 que j’épinglerais pour la bonne ambiance et la toute aussi bonne organisation.

Ce mandat, comme tout mandat d’ailleurs à la Croix-Rouge, demande une grande disponibilité : si l’on veut faire du bon travail, il faut y consacrer du temps. Il faut avoir aussi l’esprit ouvert. Avoir des compétences en management et en gestion d’équipe est dès lors un plus. J’ajouterai qu’il faut s’investir un maximum et surtout être opiniâtre. Ne jamais baisser les bras. Mais quoi qu’il en soit, on n’est jamais seul et on peut compter sur l’équipe provinciale pour tous les appuis nécessaires et celle du Hainaut est particulièrement compétente et agréable. »

Marc Dubru, président de la province de Liège

« Si je devais dire ce qui m’a procuré le plus de satisfaction pendant ces quatre années ? Je répondrais sans aucune hésitation la collaboration avec l’équipe provinciale et les Maisons Croix-Rouge (MCR). Nous pouvons nous vanter d’avoir fait tous ensemble un travail orienté « satisfaction client » et d’avoir fait tout ce qui était possible pour aider, soutenir et appuyer les demandes des MCR, relayer leurs besoins et leurs commentaires vers les services généraux. J’en parle avec une certaine aisance parce que ce travail a été évalué avec les MCR et les retours ont été très positifs.

Un autre facteur de réussite, c’est d’avoir pu former un duo efficace et soudé avec le directeur provincial.  Nous ne sommes pas trop de deux pour coordonner la province. Notre premier rôle est de représenter avec assertivité les intérêts des MCR au niveau de la gouvernance, se faire écho de la réalité du terrain et des difficultés à mener certains projets.

Un mandat à la Croix-Rouge n’est pas à prendre à la légère ! Il faut prioritairement s’interroger sur ses compétences. Seront-elles en phase avec la fonction convoitée et avec les valeurs de l’organisation ? Il ne faut pas non plus négliger l’investissement que cela exige. Soyons honnêtes, un mandat de président représente un demi-temps par semaine. La Croix-Rouge est une « grande maison », il faut aussi savoir arbitrer, faire le tri des problèmes, relativiser dans certains cas. Il faut être humble et avoir la sagesse d’optimiser ce qui fonctionne déjà bien, comme le travail en équipe au niveau de la province, et améliorer ce qui peut l’être ».

Sébastien de Villenfagne, trésorier du comité provincial de Luxembourg

« Mon but est de me rendre  utile et je mets donc avec plaisir mes compétences professionnelles là où on en a besoin. C’est motivant de pouvoir agir dans une organisation en place depuis si longtemps, ouverte à tout le monde sans distinction. Les valeurs de la Croix-Rouge sont des valeurs qui me parlent. En faire partie au niveau d’une équipe provinciale, c’est prendre part à un authentique travail de proximité auprès de la population.Mon mandat consiste à superviser les finances de la province et à apporter un appui aux trésoriers des Maisons Croix-Rouge (MCR).

Avec l’équipe provinciale, j’ai aussi un rôle d’interface entre les services généraux et les MCR. On est force de bonnes pratiques. Certaines personnes viennent à la Croix-Rouge pour aider les personnes vulnérables et ne sont pas forcément au courant de la manière dont fonctionne la Croix-Rouge au niveau financier et administratif. Je suis là pour les aider à mieux comprendre les rouages de l’organisation. Je suis à 100% pour la transparence. Lorsque les choses sont correctement expliquées, qu’elles sont bien comprises, tout le monde va dans la même direction.

L’organisation est légèrement différente d’une province à l’autre mais en ce qui concerne la province de Luxembourg, je peux compter sur une équipe provinciale avec un comptable salarié et des mandataires de MCR de qualité. Ce qui m’a permis de pouvoir moduler mon bénévolat et qui me laisse aussi du temps pour participer à d’autres activités de la province : l’accueil des réfugiés au centre de Stockem ou encore un appui aux prisons lors de la grève des agents pénitentiaires du mois d’avril. La directrice provinciale sait qu’elle peut toujours compter sur moi pour mettre la main à la pâte. Avec l’équipe provinciale et les mandataires des MCR, on essaye d’être sur la même longueur d’onde et de former une grande équipe.

Ce qui me permet de rebondir sur un petit conseil : avant de vous présenter à un mandat, prenez un peu de temps pour rencontrer l’équipe avec laquelle vous allez travailler. Et lorsque vous serez en place, restez positif. Il y aura comme partout ailleurs des hauts et des bas mais gardez le cap et ne vous arrêtez pas aux difficultés que vous rencontrerez ».