L'accord historique interdisant les armes nucléaires est une « victoire pour l'humanité tout entière »

Plus de 120 pays ont adopté vendredi 7/07/17 un traité décisif interdisant les armes nucléaires, à une époque où l’on voit resurgir la menace représentée par ce type d’armes.

« Aujourd’hui, le monde a franchi une étape historique en vue de rendre illicites ces armes inhumaines qui frappent sans discrimination – un point de départ crucial vers leur élimination future », a déclaré depuis Genève Peter Maurer, le président du Comité international de la Croix-Rouge (CICR). « Cet accord constitue une victoire importante pour l’humanité tout entière. »

« Les armes nucléaires sont restées trop longtemps les seules armes de destruction massive à n’être pas explicitement interdites par le droit international. Le traité adopté aujourd’hui vient combler cette lacune », a-t-il ajouté.

Le CICR a participé activement aux négociations qui se sont tenues à l’Organisation des Nations Unies à New York et ont débouché sur l’adoption du traité. Il a plaidé pour que l’instrument reconnaisse les conséquences humanitaires catastrophiques des armes nucléaires, qu’il soit fondé sur le droit international humanitaire et qu’il prononce une interdiction claire et sans équivoque.

Le traité adopté vendredi remplit tous ces objectifs. Il établit une base solide pour lutter contre la prolifération des armes nucléaires et ouvre la voie vers leur élimination. Il entrera en vigueur une fois que 50 États l’auront ratifié, un processus auquel le CICR et les Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge du monde entier apporteront leur appui.

À l’issue des négociations, Kathleen Lawand, cheffe de l’Unité armes du CICR, a félicité les États d’être parvenus à un accord. Selon elle, « le traité va renforcer la stigmatisation à l’égard de l’emploi d’armes nucléaires. Mais nous sommes bien conscients que ces armes ne vont pas disparaître du jour au lendemain grâce à la seule adoption du traité. Nous ne sommes pas au bout de nos efforts collectifs, loin s’en faut ».

Le CICR et le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge appellent de longue date à l’interdiction et à l’élimination des armes nucléaires. En 1945, des médecins du CICR avaient été parmi les premiers à prodiguer des secours au milieu de la dévastation qui avait suivi l’emploi de bombes atomiques au Japon. L’ampleur inouïe des conséquences humanitaires était alors apparue clairement, et les victimes en souffrent jusqu’à ce jour.

« Les armes nucléaires font partie des armes les plus terrifiantes jamais inventées. Parce qu’elles causent des souffrances humaines indicibles et des dommages irréversibles à l’environnement, elles menacent la survie même de l’humanité », a conclu le président Maurer.

Toutes les nouvelles