Herald of Free Enterprise : le naufrage qui a développé l'aide psychosociale urgente

Il y a 30 ans, le Herald of Free Enterprise faisait naufrage, emportant avec lui 193 personnes. Un élément déclencheur pour la création du Sisu, notre service d’intervention psychosociale urgente.

Il est un peu plus de 18h, le 6 mars 1987 quand le  ferry britannique, qui assure la liaison entre Zeebruges et Douvres, chavire au large du port. Le bateau a appareillé avec ses portes avant ouvertes et, lorsqu'il a franchi les jetées et pris de la vitesse, l'eau a envahi le pont principal. Le Herald of Free Enterprise coule en deux minutes, se couchant sur son flanc sur un banc de sable.

Sur 459 personnes présentes à bord, 193 vont perdre la vie. Les secouristes de la Croix-Rouge sont intervenus en nombre sur cette catastrophe qui fut un élément déclencheur pour la création du Sisu, notre service d’intervention psychosociale urgente. 

Herald of Free Enterprise

Des corps pris au piège 

« La confrontation avec des centaines de corps était le plus difficile », se souvient Bernard Morsa, qui était à l’époque responsable des secours en Flandre Occidentale. Il se souvient de la catastrophe comme si c’était hier. «Communiquer était alors très difficile parce qu'il n'y avait pas de téléphones portables ou d’ordinateurs. La plupart des volontaires ont seulement appris quand ils sont arrivés au rassemblement qu'un ferry avait chaviré. Les gens qui ont été évacués du navire ont été regroupés en fonction de leurs blessures et emmenés vers les hôpitaux. A la nuit tombée on a abandonné tout espoir de retrouver des survivants ».

Herald of Free Enterprise

Le plus éprouvant survint quelques semaines plus tard quand le navire fut renfloué et que les secouristes furent amenés à récupérer les victimes restées prisonnières de l’épave. « J'avais aussi aidé à la catastrophe du Heysel deux ans plus tôt, mais il est jamais facile d'être confronté à tant de corps »...

Herald

La nécessité d'un soutien psycho-social

A l’époque, le soutien psycho-social n’en était qu’à ses balbutiements, mais cette catastrophe, et, la même année, les inondations dramatiques survenues à Gerpinnes (3 morts) dans le Hainaut, ont été les éléments déclencheurs de la création du Sisu de la Croix-Rouge, le Service d’intervention psycho-sociale urgente.

Au préalable, un travail de fond a été réalisé avec différents acteurs, dont les autorités publiques et le centre de psychologie de crise de l’armée.

 


Un service mature et reconnu

Aujourd’hui, le Sisu a l’expérience et l’expertise dans la prise en charge psychosociale des victimes lors de catastrophes de grande ampleur (explosion de gaz Liège en 2010, accidents ferroviaires de Pécrot et de Buizingen, attentats de Bruxelles…) et également dans des urgences sociales plus individuelles, et le soutien aux intervenants.  

Lors d’une catastrophe de grande ampleur, le Sisu intervient en collaboration avec le SPF Santé Publique et organise notamment la gestion d’un centre d’accueil ou d’un call-center. Le Sisu, c’est une équipe de 5 salariés, dont 3 psychologues, et 40 bénévoles formés de manière continue. Un service de garde, 24h sur 24 et 7 jours sur 7 permet une intervention rapide à tout moment.  

 

Toutes les nouvelles