Commémorations des attentats : une journée difficile pour les secouristes

Les commémorations du 22 mars : un moment fort, émouvant, poignant, même pour des secouristes aguerris.

« Je suis pas hyper bien ce matin ».

Gilles De Schepper est secouriste et ambulancier, chef d’équipe à la Section locale de secours de Woluwé-st-Lambert. Avec ses collègues Mathieu Van Hooren et Guy Guns, de la Section de Ganshoren, ils ont organisé le poste de secours installé dans l’hôtel Thon, un hôtel d’affaires situé à quelques mètres de la station de métro Maelbeek.

Gilles, Mathieu, Guy et tous leurs collègues d’infortune ont pour la plupart pris congé ce mercredi ; parce qu’il était important à leurs yeux de participer aux commémorations des attentats. En hommage à toutes les victimes qu’ils ont pu aider, en hommage à toutes les autres victimes pour qui il était hélas trop tard…

Un moment fort, émouvant, poignant, même pour des secouristes aguerris

« Nous sommes là, ce matin, avec 12 gars de ma section locale », confie Gilles. « Tous ceux qui sont allés en première vague ». Les premiers secouristes à pénétrer dans le tout premier poste de soins établi rue Joseph II à l’une des sorties de Maelbeek. « Les victimes étaient toutes très gravement atteintes. Nous avons vu des choses horribles que nous n’oublierons jamais. Ce mercredi, nous avons tous ensemble voulu revoir les lieux, puis nous sommes allés à l’hôtel Thon où, pour la première fois également, nous avons revu des victimes, qui nous parlaient, nous décrivaient leur situation un an plus tôt. C’était spécial comme sentiment. Cette journée, nous allons la passer tous ensemble entre secouristes de la Croix-Rouge. Nous avons déposé des fleurs à la station Maelbeek,  puis à la Bourse. Nous participerons au rassemblement des services de secours Grand-Place de Bruxelles… Plusieurs de mes hommes ont reçu un suivi psychologique pendant plusieurs mois après les attentats. Aujourd’hui, c’est fini, mais on sent que ça reste encore dur pour tout le monde, y compris pour moi-même. Tout à l’heure, pendant la commémoration j’étais avec un ambulancier qui a beaucoup souffert de la situation et qui en souffre encore beaucoup. Nous nous sommes regardés et nous avons éclaté en larmes tous les deux ».

Plusieurs dizaines de secouristes ont ainsi participé aux commémorations des attentats de Zaventem et de Maelbeek, tandis que quelques-uns étaient aussi actifs dans les postes de soins, ou de garde, pour garantir la sécurité du public. 

 

Toutes les nouvelles