Vis ma guerre et mon exil

Vis ma guerre et mon exil

« Moi, Tomäz Kamatari, j’ai connu la guerre et l’exil. Comme un milliard d’enfants dans le monde, j’en subis les conséquences. A présent, je suis en sécurité auprès de ma mère et de mon petit frère. J’ai donc accepté d’être le porte-parole de la Croix-Rouge et de témoigner de mon histoire… »

Mon histoire en vidéo

Accueil | Exposition interactive | En vidéoProcès fictif | Près de chez vous


L’explosion d’une mine dans le quartier de la Grand Place. La peur sur le parcours de l’exil. Le bonheur de retrouver sa famille après 3 ans de séparation. Le Procès de Nemesio Valar, chef de l’armée du Novaland.

Si l’histoire de notre personnage Tomäz Kamatari est fictive, elle est toutefois basée sur des témoignages réels ! Tomäz Kamatari est le fil rouge de notre campagne de sensibilisation de la jeunesse. Un scénario tridimensionnel et interactif !

La guerre et l’exil pour Tomäz

Rendez-vous les 7, 8 et 9 mars 2012, sur la Grand Place de Louvain-la-Neuve ! Sur notre exposition interactive, Tomäz racontera ce qu’ont été pour lui et ses proches la guerre et l’exil. Son amie Alham blessée par une mine. Son oncle emprisonné. Son séjour dans un camp de réfugiés…et les retrouvailles avec sa mère et son frère.

Plus d'infos sur l'exposition interactive

Le procès de Némésio Valar

Tomäz sera aussi l’un des témoins clés du procès de Némésio Valar, chef de l’armée du Novaland. Le 28 mars 2012, Tomäz et Némésio Valar se présenteront à la Cour pénale internationale, reconstituée au Palais de justice de Bruxelles.

Plus d'infos sur le procès fictif de Némésio Valar

Un cycle de conférences

Les chiffres relatant la guerre et l’exil des enfants donnent le vertige. Pour comprendre, approfondir et débattre de ces problématiques, la Croix-Rouge organise, près de chez vous, de multiples conférences et débats.

Plus d'infos sur le cycle de conférences

 


Notes:

En temps de guerre et sur le parcours de l'exil, la plupart des articles de la Convention relatives aux droits de l'enfant sont violés

Les effets de la guerre sur les enfants sont particulèrement dévastateurs. Enfants emprisonnés. Mutilés. Violés. Tués. Familles déchirées, dispersées. Des milliers d'enfants doivent alors se débrouiller seul et remplir le rôle de chef de famille. Dans le cadre d'un conflit armé, l'exploitation des enfants augmente, puisqu'en l'absence de leurs parents, ils sont encore plus fragiles. La liste des violences dont ils sont victimes est longue. Travail forcé. Esclavage. Enfants soldats. Adoption illégale. Mariage prématuré. Prostitution. Hôpitaux détruits. Ecoles fermées... Tout aussi dramatiques sont les dégâts psychologiques provoqués lorsqu'ils sont témoins d'atrocités commises contre leurs être chers.

Or les enfants sont les acteurs de demain. Quand leurs droits fondamentaux sont violés, c'est le développement de leurs pays qui est mis en danger.

Retour

Provoquer le changement

Une opinion publique convaincue pèse sur les décideurs politiques. Conscientiser les citoyens et les faiseurs d’opinion est donc l’un des préliminaires au changement. Face aux viols du droit international humanitaire et des droits de l’homme, la sensibilisation est un processus qui vise à provoquer des changements de valeurs et d’attitudes sur les plans individuels et collectifs, en vue d’un monde plus juste.

La jeunesse ? Actrice et décideuse des sociétés de demain.

En modifiant les préjugés, les comportements hostiles, en déconstruisant la peur de l’étranger, la Croix-Rouge de Belgique entend ainsi œuvrer à la construction d’un monde plus solidaire et plus tolérant. En informant sur les règles émises par le droit international humanitaire et les droits de l’homme, la Croix-Rouge de Belgique entend aussi contribuer aux savoirs et perceptions qui forment le noyau de l’éducation de base. Objectif ? Faire de la jeunesse une actrice de la solidarité internationale, tolérant et critique face aux enjeux et situations parfois dramatiques générées par la guerre. En faire des CRACS, des Citoyens Responsables, Actifs, Critiques et Solidaires.

Retour