Un traité vide de sens? Pas en mon nom

Un traité vide de sens? Pas en mon nom

En négociant à l'ONU, le 2 juillet, un traité sur le commerce des armes, le gouvernement belge s'engagera au nom des 11 millions de Belges.

Agissez et montrez-lui que vous ne voulez pas d'un traité qui autorise les ventes d'armes favorisant les violations du droit international.

Signez la pétition

Du 2 au 27 juillet 2012, les Etats se réuniront à l'ONU pour négocier et adopter un traité sur le commerce des armes. L'enjeu est important. Il s'agira d'établir des normes internationales communes les plus strictes possibles pour le transfert d’armes classiques.

Réduire le coût humain par un traité efficace sur le commerce des armes

La Croix-Rouge de Belgique plaide pour l’adoption d’un traité international fort et complet, fondé notamment sur le respect du droit international humanitaire et des droits de l’homme. Ce futur traité devrait réglementer tous les types de transferts et couvrir toutes les armes conventionnelles et leurs munitions pour refléter son principal objectif : réduire le coût humain d’un commerce mondial des armes insuffisamment réglementé.

Signez la pétition d'Amnesty International pour un traité fort et complet

A la veille de la conférence diplomatique, il est fondamental de rappeler que la disponibilité des armes classiques a un coût humain important. Il est nécessaire d'encourager les Etats, dont la Belgique, à participer à l'adoption d'un traité fort et complet sur le commerce des armes afin de réduire l'impact humanitaire sur les civils.

Dans ce contexte, la Croix-Rouge de Belgique soutient la campagne d'Amnesty International – Belgique francophone "Un traité vide de sens? Pas en mon nom." En signant la pétition en ligne, vous marquez votre soutien à l'adoption d'un traité visant à empêcher les atrocités et les violences générées par le commerce insuffisamment réglementé des armes et à protéger la vie des personnes et leurs moyens de subsistance : www.amnesty.be/petitionarmes

En savoir plus sur les enjeux du traité et la position de la Croix-Rouge